Archives de la catégorie ‘Consommation’

Une Karotz pour Pâques?

Publié: dimanche 3 avril 2011 dans Consommation, Uncategorized

Pour terminer cette veille technologique au sein de ce cours d’interactivité, nous avons décidé de présenter un gadget qui est extrêmement étonnant côté possibilité, le Karotz. Le Karotz est à mi-chemin entre le robot et l’ordinateur, par sa forme on dirait un lapin robot, mais par ses nombreuses applications sans fil, il devient une base de donnée utile. Le dispositif est une base qu’on installe chez soi, fonctionnant sans fils et qui se rattache à son ordinateur et autres dispositifs portatifs.

Une des grandes forces de ce système est d’être connecté directement à internet via les flux RSS. De cette façon, l’utilisateur peut se tenir informé sur sa vie virtuelle, car il peut recevoir des alertes lors de réception de courriel et lors de changement de statut facebook et Twitter. De plus, le « lapin » peut donner des renseignements sur les différents flux RSS que l’utilisateur emploie : les variations de la bourse, la météo, le trafic routier, et j’en passe.

On dira qu’on peut faire la même chose avec son cellulaire, mais encore, les limites du lapin ne s’arrêtent pas là. L’engin est également muni d’un micro et d’une webcam permettant l’utilisateur de faire des vidéos-conférences, de surveiller sa maison lorsqu’il n’est pas présent, d’enregistrer des messages vocaux qui pourront être écouté plus tard et même d’activer des options par commandes vocales. De plus, un capteur optique permet de lire des tags, ce qui permet, par exemple, d’avertir qu’on est rentré à la maison en passant un tag devant l’appareil ou d’activer différentes options selon la configuration. D’ailleurs, ce capteur optique peut aussi reconnaître les codes-barres des livres et en faire la lecture en le passant devant. On retrouve également d’autres utilités au produit : réveil-matin, jeux questionnaires, activités pédagogiques et autres.



Surveillant, moyen multiple de communication et interaction directe avec le web, ce lapin à l’allure plutôt étrange peut devenir un compagnon indispensable pour l’utilisateur au foyer. En quelque sorte, on peut y voir les premiers pas vers le compagnon robotique du futur qui sera toujours à nos côtés et qui sera le pont entre le monde virtuel et la réalité.

Publicités

Cette semaine, c’est avec 2 membres en moins que nous créons ce blogue. Espérons que notre potentiel « geeks » soit au maximum. Le sujet sur lequel on s’est arrêté n’est pas nécessairement nouveau, mais connaitra assurément de nombreux débouchés par les avancés technologiques qu’il a subi; c’est l’hologramme.

L’holographie n’est pas un domaine récent, car le principe de base a été élaboré par Albert Einstein en 1922. L’hologramme consiste a produire une image à partir de deux faisceaux laser sur une plaque photographique. Ce sont les ondes qui s’entrechoquent entre les deux faisceaux qui forment l’image en trois dimensions. Principalement utilisé en médecine, ce dispositif permet les recherches sur le cerveau.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hologramme


Les dispositifs étant plutôt gros et couteux, cela rendait impossible le marché « grand public » jusqu’à maintenant. Cette année cependant, c’est au CES 2011 (Consumer Electronic Show) à Las Vegas qu’on commence à percevoir une approche plus directe vers le consommateur. Notamment, il a deux exposants qui ont présenté des dispositifs de représentation holographique. Le premier  provient d’une firme japonaise et consistait à envoyer des lasers à travers un « bocal d’eau ». La représentation holographique est très impressionnante, mais offre seulement la couleur verte comme teinte.

http://www.musiqueplus.com/m-net/videos/consumer-electronic-show-2011-m-net-12-janvier-2011 (extrait vers 2:52)

Le second exposant, provenant de la compagnie Innovision, nous présente des représentations holographiques qui semblent flotter dans l’air. Cela fonctionne à partir d’un ordinateur et utilise le système Flash pour les vidéos. Ce dispositif permet une grande variété de couleurs et un rendu vidéo très précis. Pour l’instant, il ne sert encore qu’à titre de présentation, mais on peut tout de même se procurer le dispositif. L’avantage, c’est qu’il est « plug’n play » alors il n’a besoin d’aucun pilote spécifique pour fonctionner à partir d’un ordinateur.

La réflexion qu’il faut faire face à une telle technologie, c’est qu’elle risque d’offrir une grande concurrence avec les télévisions 3D et tous les dispositifs du même ordre, tel que les lunettes 3D. Cela pourrait complètement remplacer les téléviseurs, car l’image flottera tout simplement dans l’air. Cela pourra permettre aux gens d’affaires, autant qu’aux autres utilisateurs, de faire des vidéos-conférences à distance, voire même assister à des cours dans le confort de son foyer. En permettant l’utilisateur de pouvoir interagir avec l’image holographique, on peut y voir des avancés dans la médecine, car un médecin pourra pratiquer des chirurgies à partir d’un ordinateur (contrôle de robots par l’interaction sur l’hologramme). L’interaction avec cette image peut aussi amener des avantages dans les jeux vidéos et le cinéma, en permettant une plus grande immersion.

Pour terminer, ce qu’il faut voir d’un tel dispositif, c’est que l’on importe le monde virtuel dans le monde réel en le rendant visible à l’oeil nu et, peut-être dans l’avenir, « touchable ». La grande différence entre l’hologramme et le 3D c’est que le premier permet de voir « à la 3ième personne » l’environnement, tandis que l’autre nous le permet à la « 1re personne ». C’est probablement la spécificité qui établira son marché.

S’acheter une image.

Publié: lundi 11 octobre 2010 dans Consommation, Littératie médiatique

Cette semaine mon billet s’attardera sur les nouvelles technologies des communications de masse et plus particulièrement sur le monde du gadget. Qu’est-ce qu’un gadget? C’est un truc, un bidule, un machin, quelque chose de pratique (souvent à court terme) qui vise une clientèle cible bien précise par son aspect ou son utilité. Pour vous donner une idée plus précise du sujet, je vous suggère un site où l’on vend une panoplie d’objets électroniques hétéroclites.

http://www.gadgetselectroniques.com/accueil-caaaaaaaa.asp

À première vue, chacun de ces objets semble utile et pratique. Pour d’autres, la forme nous attirera par son aspect inusité ou par l’effigie d’un personnage connu sur celui-ci. La question est de savoir pourquoi on les achète vraiment. Ai-je vraiment besoin d’une clé USB avec une forme de hamburger ou une montre-téléphone avec écran tactile qui peut faire jouer des vidéos, de la musique, prendre des photos et des vidéos?

 

 

 

 

 

Il est évident que la société de consommation dans laquelle on vit cherche par tout les moyens de nous vendre toutes sortent de choses. Ce qui est merveilleux pour eux avec le gadget, c’est qu’il est renouvelable (on peut changer sa forme à l’infini) et qu’il a une durée de vie limitée (soit par sa fragilité ou par son aspect physique devenant obsolète par la mode). Ce qui est le plus déplorable dans cette situation, c’est qu’en sachant que ces gadgets ne nous dureront pas, on en achète une grande quantité. Que ce soit des produits dérivés provenant du dernier Star Wars, à la boîte à lunch Hanna Montana et en passant par tous ces trucs qu’on achète pour faire rire nos amis, ils occupent une place dans nos achats et finiront à la poubelle l’année suivante (s’ils durent jusque-là).

En sachant tout cela, pourquoi le consommateur continu à emmagasiner des bidules? La réponse est simple, c’est parce que l’objet est devenu un Dieu. Nous n’achetons pas par nécessité, mais pour le concept qu’il inspire. Par exemple, un téléphone cellulaire. De base c’est très simple et cela sert à appeler et recevoir des appels. Si je lui ajoute des couleurs attrayantes, un lecteur MP3 et vidéo et la face de la chanteuse populaire du moment, il devient la jeunesse et l’ambition. Donc, je n’achète pas un cellulaire, mais j’achète l’image de la jeunesse et de l’ambition. Le cellulaire me demeure utile, cependant, lorsque son enveloppe deviendra obsolète, je m’en débarrasserai pour en acheter un nouveau qui sera « mieux » (mais demeurera le même cellulaire qui sert à recevoir et faire des appels). Sur les sites suivants, on peut voir une explication simple de la déification du système capitalisme et du vedettariat.

http://atheisme.free.fr/Atheisme/Faux_atheisme_3_capitalisme.htm

http://atheisme.free.fr/Atheisme/Faux_atheisme_4_star.htm

On nous pousse donc vers de faux choix, soit par la publicité ou le vedettariat, et la société de consommation s’autonourrit directement de nos poches. Je ne dit pas que l’émergence des nouvelles technologies dans les communications est mauvaise, car c’est ce qui rapproche les gens entre eux et avec l’art, mais je veux faire réfléchir sur notre façon de consommer afin d’éviter d’acheter des machins qui finiront à la décharge.