Archives de la catégorie ‘Internet’

Wikileaks, encore un canular?

Publié: dimanche 5 décembre 2010 dans Internet, Littératie médiatique

J’ai lu dernièrement les commentaires de mes pairs et de mon professeur sur Wikileaks et j’aimerais apporter ma propre lumière sur ce que je crois être une forme de normalisation exploitée par l’internet.

http://fatherofjazz.wordpress.com/

http://docmailloux.wordpress.com/2010/12/04/wikileaks-the-trailer/

http://www.litteratiemediatique.com/2010/11/29/wikileaks-vers-une-democratisation-de-la-democratie/

Wikileaks est un site web qui porte pour mandat de dévoiler des nouvelles importantes au grand public tout en gardant un anonymat hautement sécurisé. Leur principale source médiatique est la révélation de « vrais » documents politiques et sociaux, sans être manipulés par quiconque. On prône la liberté d’expression, la vérité, la révélation d’événements sensationnels, tout ça dans la discrétion et la sécurité. La littératie médiatique que nous avons (nous étudiants) côtoyée toute l’année me chatouille un peu.

http://213.251.145.96/

Premièrement, je me suis documenté pour savoir ce que la populace en pensait. Je suis tombé sur un blogue qui partage mes inquiétudes sur le sujet. Il présente sept remarques sur Wikileaks qui devraient éveiller les soupçons. Ce qu’il faut remarquer du site Wikileaks, c’est qu’il s’agit d’une équipe qui s’occupe de révéler des informations en restant invisible. Cette invisibilité permet à cette équipe de pouvoir continuer son travail en dehors des griffes du gouvernement qui pourrait les menacer. Le mandat Wiki n’est pas rempli, car il s’agit dans ce cas d’un cercle fermé « d’expert » qui s’occupe de transmettre l’information au grand public. On ne voit donc aucune politisation du média, car c’est eux qui font le tri des informations diffusées.

http://www.christian-faure.net/2010/12/04/la-tragedie-wikileaks/

Il faut souligner également qu’on met l’accent sur l’importance des révélations et le danger qui entoure ces révélations. Le sensationnalisme est ce qui attire le public. À la recherche du spectacle et voulant soulager son besoin de se sentir impliqué dans la société tout en restant assis devant son écran, le public subit une forme de catharsis en libérant ainsi le besoin de s’occuper des affaires politiques et de revendiquer ses droits en voyant qu’il y a des gens qui s’occupent des actions frauduleuses du gouvernement en les démontrant à la masse. De plus, le danger qui entoure ces révélations appuie sur la véracité des faits. Si elles n’étaient pas vraies, le gouvernement et les agences d’information ne chercheraient pas à les nuire. C’est le cliché des canulars qui disent que le gouvernement peut les éliminer si on connaissait leur vraie existence.

Bien sûr, tout ça fait beaucoup parler et « on » se sent choqué par les agissements du gouvernement. Si on regarde cependant le fonctionnement de cette médiation, il n’y a aucune différence entre les nouvelles à la télé ou les titres sensationnels des journaux qui mettent la lumière sur les scandales politiques. On normalise la population en la satisfaisant par ces scandales : le gouvernement n’est pas infaillible, on peut savoir ce qu’il nous cache et quelqu’un s’en occupe. On entretient cette pensée populaire qui est que le gouvernement cherche à nous cacher quelque chose. N’est-ce pas un genre de diversion pour justement continuer de nous cacher des choses? Je voudrait également attirer votre attention sur le slogan de Wikileaks: « Keep us strong ». Beau slogan vide de sens qui se veut rassembleur de la masse.