Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

Une Karotz pour Pâques?

Publié: dimanche 3 avril 2011 dans Consommation, Uncategorized

Pour terminer cette veille technologique au sein de ce cours d’interactivité, nous avons décidé de présenter un gadget qui est extrêmement étonnant côté possibilité, le Karotz. Le Karotz est à mi-chemin entre le robot et l’ordinateur, par sa forme on dirait un lapin robot, mais par ses nombreuses applications sans fil, il devient une base de donnée utile. Le dispositif est une base qu’on installe chez soi, fonctionnant sans fils et qui se rattache à son ordinateur et autres dispositifs portatifs.

Une des grandes forces de ce système est d’être connecté directement à internet via les flux RSS. De cette façon, l’utilisateur peut se tenir informé sur sa vie virtuelle, car il peut recevoir des alertes lors de réception de courriel et lors de changement de statut facebook et Twitter. De plus, le « lapin » peut donner des renseignements sur les différents flux RSS que l’utilisateur emploie : les variations de la bourse, la météo, le trafic routier, et j’en passe.

On dira qu’on peut faire la même chose avec son cellulaire, mais encore, les limites du lapin ne s’arrêtent pas là. L’engin est également muni d’un micro et d’une webcam permettant l’utilisateur de faire des vidéos-conférences, de surveiller sa maison lorsqu’il n’est pas présent, d’enregistrer des messages vocaux qui pourront être écouté plus tard et même d’activer des options par commandes vocales. De plus, un capteur optique permet de lire des tags, ce qui permet, par exemple, d’avertir qu’on est rentré à la maison en passant un tag devant l’appareil ou d’activer différentes options selon la configuration. D’ailleurs, ce capteur optique peut aussi reconnaître les codes-barres des livres et en faire la lecture en le passant devant. On retrouve également d’autres utilités au produit : réveil-matin, jeux questionnaires, activités pédagogiques et autres.



Surveillant, moyen multiple de communication et interaction directe avec le web, ce lapin à l’allure plutôt étrange peut devenir un compagnon indispensable pour l’utilisateur au foyer. En quelque sorte, on peut y voir les premiers pas vers le compagnon robotique du futur qui sera toujours à nos côtés et qui sera le pont entre le monde virtuel et la réalité.

Publicités

Employés en canne

Publié: dimanche 27 mars 2011 dans Uncategorized

Cette semaine, on s’arrêtera sur une première mondiale. Depuis longtemps, on s’attend à l’apparition de robot ou d’être holographique qui nous guidera à travers les magasins, les aires publiques et autres endroits. De la tâche de l’accueil en passant par les instructions d’évacuations d’un bâtiment et à l’aide personnalisé à la clientèle, on croit que ces êtres irréels peuvent remplacer l’être humain dans ces tâches jugées ingrates ou, voire dans certains cas, dangereuses.

Depuis le 25 février dernier, les voyageurs qui passent par les aéroports de Manchester et Luton, en Grande-Bretagne, peuvent rencontrer les premiers personnages holographiques interagissant avec le public : Julie et John (Manchester) et Holly et Graham (Luton). Ces personnages sont en réalité l’image préenregistrée de deux employés de chacun des aéroports. Le but de la mise en place de ces personnages est de réduire l’attente dans la zone de vérification de sécurité des bagages à main de l’aéroport. La nouveauté de se système attire l’oeil du public et ,selon l’entreprise britannique Tensator (spécialisée dans la gestion des files d’attente), aidera les voyageurs à être bien informé et bien préparé aux vérifications, ce qui réduira le temps d’attente dans les lignes.

Le système utilisé pour ces personnages est un projecteur holographique qui envoie le vidéo préenregistré des personnages sur une plaque de verre découpée en forme d’une silhouette humaine de taille proportionnelle. Pour l’instant, le projet est à l’essai et on est assez positif sur les retombés du système.



Avec l’apparition de ce système, il ne faut pas s’étonner de voir apparaître bientôt ce genre de personnage un peu partout dans notre quotidien. L’avantage est qu’il fait un employé peu coûteux, disponible 24/24, jamais malade et qu’il peut être présent dans des endroits où il y a des risques sans exposer un vrai employé. Avec un ajout d’interaction direct avec le public, cette technologie pourrait apparaître dans toutes les sphères publiques, donnant indications et renseignements aux utilisateurs.

Le Légo de Dieu!

Publié: lundi 21 février 2011 dans Uncategorized

Pour le billet de cette semaine, nous avons décidé de parler de nanotechnologie. Il a été plutôt difficile de s’arrêter sur un seul sujet, tant le domaine est grand. Après réflexion, il fût évident qu’il fallait parler simplement du domaine lui-même pour en comprendre son étendu et l’avenir prometteur qu’il nous miroite.

La nanotechnologie, c’est l’étude des procédés qui visent à la fabrication de structures à l’échelle de nanomètre. Pour la fabrication de ces structures, les scientifiques balayent la surface de l’objet à modifier à l’aide d’un microscope dont la pointe est de la grosseur d’un atome. Un courant d’électron passe par ce bout et vient toucher les atomes un à un, ils obtiennent donc une reproduction parfaite de la surface de l’objet. De plus, le courant d’électron permet de modifier la structure de cet objet en les faisant dévier par le choc qui se produit avec les électrons de l’atome. Ce phénomène s’explique par les lois de la mécanique quantique.

Ce vidéo explique en surface ce qu’est la nanotechnologie et les visions qu’on en projette déjà dans le futur.

On divise la nanotechnologie en trois catégories :  la nanobiologie, les nanomatériaux et la nanoélectronique. On retrouve déjà de nombreux dérivés de ces champs d’études. Par exemple, la nanobiologie est utilisée pour l’imagerie des cellules en médecine, les nanomatériaux permettent de créer un bois qui permet de détecter les moisissures et la nanoélectronique a permis l’apparition des lumières LEDs.

Il est évident que cette science tend des perches dans de nombreuses applications futures. En médecine, on nous promet la régénération des membres, la guérison de nombreuses maladies et le ralentissement du vieillissement. En électronique, on projette créer un ordinateur dont la puissance surpasserait l’entendement et des robots à une échelle microscopique. En alimentation, on prévoit modifier les aliments et les plantes, rendant la production et la nutritivité optimale. Ce qu’on nous promet, c’est d’être capable de jouer à Dieu en remodelant la matière à notre convenance. Il est fort probable que nous y arriverons, car déjà, en 2008, on dénotait un investissement de 500 milliards de dollars dans les recherches et on prévoit un investissement de 3000 milliards en 2015.

L’intelligence artificielle a un bébé!!

Publié: dimanche 13 février 2011 dans Uncategorized

Cette semaine, le blogue portera sur un projet financé par l’European Commission ICT ( Information and Communication Technologies). Cet institut a la mission d’augmenter la compétitivité des industries européennes et de satisfaire les demandes sociologiques et économiques en Europe. Ce projet se nomme RobotCub et prend la forme d’un robot du nom de iCub.

iCub est un robot conçu pour développer les recherches sur le système cognitif, l’interaction et la robotique. De la taille d’un bébé de 3 ans et demi, le « bébé robot » peut apprendre à interagir avec son environnement. Il est capable de voir et capter les profondeurs de champ. Il peut également attraper des objets, les identifier et les reconnaître. Il peut ramper, comprendre des commandes vocales, apprendre le nom d’objets et parler. En somme, c’est comme un enfant avec de grosses limites d’apprentissage.






Il est impressionnant de voir à quel point la machine semble prendre vie en adaptant un comportement qui imite l’humain. Les espoirs de l’ITC sont de pouvoir créer des machines qui aideront les humains dans leurs tâches quotidiennes et professionnelles tout en pouvant interagir avec eux et leur environnement. Ces machines pourront, de leur propre chef, décider de l’action à prendre selon la situation dans laquelle elles seront situées. Sans être de mauvaise foi, ce seront des esclaves qui serviront les humains dans des tâches ennuyeuses ou dangereuses.

Il y a deux choses à prévoir d’une telle technologie. Premièrement, on verra une robotisation du monde. Autant comme « ami virtuel », qu’aide au travail ou même robot ménager à la maison, la popularité de ces robots risque de se répandre rapidement, surtout avec les générations à venir qui sont nées dans la technologie et la « mode technologique ». On peut également voir des avancées dans des domaines comme l’automobile (voiture intelligente), la sécurité (reconnaissance visuelle de situation dangereuse, robot patrouille, interaction dans prises d’otage…), médecine (robots pour pratiquer des chirurgies, aide médicale…) et j’en passe. Il deviendra un « indispensable » dans notre monde; un ami sur qui compter!

En second lieu, ce qu’il faut craindre c’est ce que nous annonce les films de science-fiction : la menace robotique. Même si la probabilité d’une telle menace semble nulle, si l’on parvient à créer un robot qui peut entièrement tout apprendre et gérer de lui-même les situations dans lesquelles il se trouve, le danger qu’il comprenne qu’il « sert » l’humain et qu’il peut être « libre » demeure possible. Dès l’instant où il comprendra qu’il peut être libre et qu’il peut dominer facilement l’humain (la contrainte à sa liberté), nous nous retrouverons en pleine guerre où l’esclave deviendra le chasseur. Dans cette optique, il ne faut pas être étonné de voir des gens se lever contre l’évolution de cette technologie. Concernant l’éthique, de nombreux débats sont déjà levés sur la question, mais on n’arrive toujours pas à une conclusion.

Pour terminer, on peut dire que le projet de l’intelligence artificielle est en route, malgré certaines protestations. Bien sûr, en terme de profit, le robot automatisé est profitable pour de nombreuses compagnies, ainsi que pour le gouvernement. Les avantages qu’il promet valent-ils la peine de risquer la menace robotique? Un jour, un couple infertile pourra se procurer son petit iCub à ramener à la maison? Nous le saurons dans quelques années!

La révolution Kinect

Publié: dimanche 30 janvier 2011 dans Uncategorized

Mon blog prend une nouvelle direction, car 3 autres personnes se sont jointe à moi pour discuter de nouvelles technologies pour notre cours universitaire d’Interractivité. Toujours axé sur les communications de masse, on fera une ouverture sur l’actualité multimédia. Pour débuter, nous avons choisit de présenter la Kinect, dont la technologie semble vouloir dépasser son utilité première: celle d’être un jeu-vidéo.

http://www.01net.com/editorial/524349/kinect-les-meilleurs-detournements-en-video/#diaporama (vidéo sur la page)

 

Ce que l’homme parle dans ces vidéos, c’est qu’il a réussit à recréer un espace en 3D avec les caméras Kinect. Cela lui permet de recréer l’environnement dans lequel il est, tout en lui permettant de déplacer l’angle de caméra avec son ordinateur. Il peut également insérer des objets 3D qui se mêlent à la réalité virtuelle qu’il a recréé. C’est un avancé dans le monde du 3D. Cela permet, avec un système de caméra, de reproduire en temps réel l’environnement dans lequel on se trouve. L’image est en 3 dimensions, mais présente quelques problèmes pour afficher une représentation 3D efficace dans toutes les directions. On pourrait penser que pour résoudre ce problème, il suffirait d’utiliser d’autres Kinect pour pouvoir fusionner les images et avoir une bonne reproduction, cependant le problème c’est qu’il est impossible de le faire à cause des conflits informatiques. Comme la Kinect essaie de cibler les objets présents dans son champs de vision de manière individuelle, on ne peut identifier quelle cible appartient a quel objet. Alors l’ordinateur ne peut compléter la reproduction complète en trois dimensions du même objet, ne sachant pas comment le compléter. Pour le reste, la profondeur de champs demeure à la même échelle que dans la réalité, donnant vraiment l’impression de l’immersion. L’avantage de la kinect c’est sa reconnaissance des profondeurs et le fait qu’elle permet de retransmettre ces données vers un système informatique, ce qui permet une toute nouvelle interactivité entre l’environnement réel et celui numérique. C’est un premier pas vers la réalité augmentée.

Voici d’autres vidéo nous présentant les diverses utilisations du système Kinect.




Celui-ci démontre le même genre de technologie mais utilisé avec la WII de Nintendo

Pour ce qui est de la réflexion sur ce sujet, on doit avant tout s’intéresser aux nouvelles possibilités qu’offre cette technologie. Premièrement, au niveau des jeux cela permet une entière immersion; le joueur peut contrôler en temps réel son personnage et interagir avec le monde virtuel dans lequel il évolue. Mais au delà de cela, si on réussit à utiliser différentes caméras pour avoir une trois dimensions complète, on pourra probablement utiliser cette technologie dans les caméras de surveillance pour permettre aux gardiens de sécurité de pouvoir surveiller des espaces en 3 dimensions en temps réel. Du côté de la télévision et des émissions sur le web, on pourra présenter des émissions où le public pourra choisir l’angle de vision en temps réel. Pour la publicité, cela permettra l’utilisateur de « toucher » le produit à vendre, le regarder sous tous les angles et même pouvoir l’essayer virtuellement. Si l’on s’intéresse à la courbe que suit l’évolution technologique, le sans-fil passe alors à un autre niveau, car maintenant, en plus de ne plus vouloir de fil, on ne veut plus de manette. On cherche alors a devenir « un » avec la machine, car on veux interagir directement avec « la machine » et l’environnement virtuelle qu’elle contient.  Ce qu’il faut donc espérer pour les années à venir, c’est qu’on se dirige de plus en plus vers la réalité augmentée pour permettre l’utilisateur de s’immerger dans la réalité virtuelle. Les technologies qui verront le jour par la suite permettront les utilisateurs de pourvoir tout contrôler sans pour autant avoir besoin de manettes ou autres dispositifs. Et si l’utilisation de ce produit continu en expansion, on pourra même explorer des univers entièrement reconstruit en 3D à partir de son salon et pouvoir interagir avec cet environnement virtuel. Une autre application peut aussi faire une révolution dans le monde technologique, la reconnaissance d’objet. Dans une autre vidéo amateur, on peut voir un homme utiliser la Kinect combinée avec un programme de reconnaissance visuel. Avec des « toutous », il « enseigne » à l’ordinateur le nom de différents animaux en peluche qu’il lui présente. Le futur d’une telle application peut mener vers des avances considérable en robotique. En effet, on peut compter les vérificateurs de qualité dans les industries, les systèmes de sécurité avec reconnaissance personnelle, les robots automatisés qui pourront reconnaître leur environnement et j’en passe.

http://www.01net.com/editorial/524349/kinect-les-meilleurs-detournements-en-video/#diaporama (6ième vidéo dans la liste)

En conclusion, la Kinect est un stade important dans l’évolution technologique, permettant diverses applications autant en jeu vidéo, en 3D, en robotique et autres. Son utilisation transformera probablement la façon de vivre de bien des gens dans les années à venir.

La subliminalité des images subliminales.

Publié: lundi 18 octobre 2010 dans Uncategorized

Cette semaine, j’ai choisi un sujet très répandu, mais peu connu par la population : les images subliminales. Mythe ou réalité? Pour faire une courte description, une image subliminale est une image que l’œil perçoit, mais qui ne prend pas assez d’importance pour que le cerveau la traite normalement; elle sera donc traitée au niveau subconscient. Soit parce qu’elle disparaît trop rapidement ou qu’elle est dissimulée par d’autres images qui servent à distraire l’œil. Étant exposé à divers systèmes de communication de masse, savoir que nous pouvons être manipulés par des images cachées peut faire peur.

Tout a commencé avec le best-seller de Vance Packard, The Hidden persuaders( 1957), où il parle des tactiques subliminales pour influencer le consommateur. Cela se poursuit, dans la même année, avec une étude de James Vicary qui introduit dans un film des images pour influencer le public à consommer du Coke et du pop-corn. Il clamera haut et fort que l’expérience fût un succès. La peur commence à s’installer chez la population et, l’année suivante, un rapport de la CIA, The operational potential of subliminal perception, conduira la législation vers l’interdiction de tout usage d’images subliminales aux États-Unis.

https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/kent-csi/vol2no2/html/v02i2a07p_0001.htm

Cette peur est-elle fondée ou est-elle seulement un canular qu’on s’amuse à répéter pour entretenir cette peur? De nombreuses recherches ont été faites sur l’effet des images sur le subconscient, mais les conclusions sont trop diverses pour en venir à affirmer jusqu’à quel point ces images peuvent nous affecter. Cependant, ce qui est clair, c’est qu’on a tout de même essayé de nous y exposer. Pourquoi?

http://imagessubliminales.free.fr/avis-scientifique.htm

http://images-subliminales.e-monsite.com/rubrique,les-images-subliminales,167656.html

http://www.dailymotion.com/video/xbgrh9_images-subliminales_webcam

On peut y répondre en s’appuyant sur l’analyse du spectacle par Debord. Dans son analyse, Debord conclut que l’image perçue par la masse devient réelle et que la réalité dans laquelle la masse évolue devient image. Dans la situation des images subliminales, la population s’est laissé influencer par l’importance médiatique qu’on a mise sur le problème, qu’il soit réel ou non. Ainsi, la masse a peur, mais est rassurée par la présence de loi gouvernementale. Les publicistes croient aussi à ce qu’ils voient dans les médias et, les plus malveillants d’entre eux, tenteront ce coup de dés sans savoir s’il y a un résultat vérifiable au bout du compte. Un cercle vicieux s’installe : un publiciste insère une image subliminale pour des fins malhonnêtes, les médias en parlent abondamment, la masse se questionne et a peur et finalement le gouvernement punit et ramène l’ordre. Plus on y croit, plus on nous y fait croire, sans même s’en rendre compte d’une part et d’autre.

En conclusion, on peut dire que l’influence du système de communication masse sur la population permet de faire passer un mythe à la réalité. Nous devrions davantage nous inquiéter face aux images même qu’on nous expose, car, contrairement aux images subliminales, l’emprise de celles-ci est évidente.